ayiti_seismes_logo

Chargement...

Pronostic au 23/08/2021 des répliques
du séisme de Nippes, Haïti (14/08/2021, magnitude 7.2)


Projet Ayiti-Seismes (partenariat BME, UEH/FDS/URGéo, ENS, Géoazur)
réalisé dans le cadre du Laboratoire Mixte International CARIBACT
(partenariat UEH/FDS/URGéo en Haïti et IRD/Géoazur en France)


Nous ne pouvons pas prédire les tremblements de Terre, mais nous pouvons faire des “pronostics de répliques”, c’est-à-dire estimer le nombre de répliques qui risquent de se produire dans les jours ou semaines qui suivent un grand séisme. Pour ce faire, nous utilisons des méthodes scientifiques bien rodées depuis une trentaine d’années, développées initialement à partir de l’étude de séquences de répliques dans des régions bien instrumentées comme la Californie, puis étendues à l’échelle globale. Aujourd’hui, ces méthodes peuvent être appliquées pour la première fois en Haïti grâce aux données sismologiques produites par le projet Ayiti-Séismes, une collaboration entre sismologues citoyens volontaires et sismologues professionnels.

La carte ci-dessous montre les séismes dans la zone épicentrale du séisme de Nippes enregistrés par Ayiti-Séismes du 14 au 23 Août 2021. On observe plus de 400 répliques, distribuées entre la zone de l’épicentre (Nippes) à l’est et la zone de Macaya à l’ouest (départements du Sud et de la Grande Anse).

La figure ci-dessous montre le pronostic du nombre de répliques par jour, de magnitude supérieure à 3, celles qui risquent d’être ressenties par la population près de leur épicentre, voire de causer des dégâts supplémentaires. En violet sont indiqués les répliques détectées pendant les jours passés, en vert le pronostic des jours à venir. La courbe bleue montre le modèle, ajusté pour expliquer les observations en violet, puis extrapolé pour obtenir le pronostic en vert. On observe que le nombre de répliques décroît avec le temps et, d’après ce modèle, passerait de plusieurs dizaines par jour 24h après le séisme principal à quelques répliques par jour au bout de deux semaines.

Ces chiffres sont indicatifs de la manière dont se déroulerait la séquence de répliques s’il n’y avait pas de “surprises”. En cas de grosse réplique, le pronostic doit être actualisé. En général, la plus grosse réplique d’un séisme comme celui de Nippes, de magnitude 7.2, peut atteindre une magnitude de 6. La probabilité d’une réplique de magnitude 6 ou plus est actuellement faible (en dessous de 1%) et décroît, mais elle n’est pas nulle. Il faut donc ne pas baisser la garde et appliquer des mesures de prévention, notamment restreindre l’occupation de bâtiments déjà endommagés par le choc principal, qui restent vulnérables aux répliques.


Actualisation au 01/09/2021 du pronostic des répliques

Neuf jours après notre premier pronostic de répliques du séisme de Nippes, soit 17 jours après le séisme, voici une actualisation routinière du pronostic.

La figure ci-dessous montre le nombre par jour de répliques de magnitude supérieure à 3 (potentiellement ressenties) enregistrées jusqu’à ce jour par Ayiti-Séismes (en violet) et celles prévues par le pronostic actualisé jusqu’à la fin de la semaine prochaine (en vert). La courbe bleue montre le modèle, ajusté pour expliquer les observations en violet, puis extrapolé pour obtenir le pronostic en vert. Les deux courbes bleues discontinues indiquent l'intervalle de confiance: le modèle prédit 90% de chance que le nombre de répliques par jour soit entre ces deux courbes.

On observe que le nombre de répliques a continué de décroître avec le temps comme prévu par le modèle. Si la séquence continue sans “surprises” (sans grosse réplique de magnitude proche de 6), il se produira moins de 4 répliques par jour pendant le reste de cette semaine, et ce chiffre passera à 2 répliques par jour à la fin de la semaine prochaine. La probabilité d’une réplique de magnitude 6 ou plus est actuellement bien en dessous de 1% et continue de décroître, mais elle n’est pas nulle.


Y a-t-il des informations sur les répliques qui vous seraient plus utiles que celles présentées ici? Auriez-vous aimé avoir cette information dès le premier jour après le séisme de Nippes? Faites-nous part de vos idées pour améliorer ce produit en nous écrivant à ampuero@geoazur.unice.fr (Jean-Paul Ampuero, contact scientifique pour le pronostic de répliques Ayiti-Séismes).


Ayiti-Séisme est le résultat d’une collaboration entre le Bureau des Mines et de l’Energie, du laboratoire URGéo de la Faculté des Sciences, du laboratoire Géoazur de l’Université Côte d’Azur (France), du laboratoire de Géologie de l’Ecole normale supérieure (Paris, France) et du Centre Sismologique Euro-Méditérranéen (CSEM/EMSC), dans le cadre du projet S2RHAI.

Ce site, actuellement hébergé à Géoazur, utilise les stations sismologiques du Bureau des Mines et de l’Energie, celles des pays voisins, ainsi que des stations sismologiques “citoyennes” Raspberry Shake (voir http://ayiti.unice.fr/sismo-ayiti/) pour localiser rapidement les séismes en Haïti et dans ses environs. Il permet donc à tout un chacun de visualiser l’activité sismique en Haïti en temps quasi-réel.

Cette information rapide reste néanmoins préliminaire. L'information officielle pour Haïti est fournie par le bulletin du Bureau des Mines et de l'Energie.


Les localisations automatiques apparaissent sous la forme d'un carré en pointillé. Dès qu'un sismologue (actuellement les sismologues du laboratoire Géoazur) a validé le séisme, la localisation apparait sous la forme d'un cercle.

Les événements reportés sont ceux qui sont vus par le réseau. Hors du rectangle couvrant Haïti, les solutions peuvent être très approximatives et il vaut mieux se reporter aux organismes nationaux voisins en particulier pour St Domingue.

Les données analysées en temps réel (Sismogrammes) sont obtenues à partir des stations sismologiques de plusieurs réseaux : le réseau du projet S2RHAI (réseau de stations Raspberry Shake installées chez des particuliers ou dans des écoles), le réseau du Bureau des Mines (BME) d’Haïti et les réseaux des pays proches (Cuba, République Dominicaine, Jamaïque, Puerto Rico). Le logiciel de détection automatique est SeisComP3 développé à GFZ, Potsdam et par la société gempa GmbH.